CROATIE - du 13 au 22 août 2014

Publié le par BosTrotters

Mercredi 13/08 : Pula - Perle anthique - km2101

Nous étions déjà venus l'été dernier en Croatie. Mais pour des raisons de santé la visite avait été écourtée. Nous profitons donc d'avoir modifié notre parcours prévu initialement par la Roumanie pour poursuivre notre découverte de ce pays.
Nous n'avons pas prévu toutefois de nous y attarder trop car notre impression l'année passée était ultra touristique.

Nous arrivons par l'Istrie, région frontalière avec l'Italie dont elle a l'empreinte de l'histoire. Les villes ont une double dénomination comme pour la partie Slovène de cette région. L'Histoire avec un grand H s'est écrite en partie sur cette péninsule et y a laissé de nombreux monuments comme le fameux amphithéâtre de Pula qui a été la raison de notre passage par cette ville. Comment imaginer aujourd'hui qu'un bâtiment puisse traverser plus de 2000ans en restant quasiment intact. Impressionnant. Nous avions choisi le matin pour découvrir la ville, son amphithéâtre mais aussi son fort de style Vauban, ses souterrains, sa place du forum et ses petites ruelles fraîches baignées d'un courant d'air bienvenu.
Nous apprécierons la ville pour son histoire et fuirons la région pour sa frénésie touristique. Les échoppes alignées sur le bord de toutes les routes regorgent de MadeInChina.

Voulant pénétrer la Croatie pour en voir l'intérieur et non seulement la côte, nous franchirons les premiers reliefs bordant celle-ci et nous arrêterons dans le village de Delnice situé à proximité d'un lac. Nous remarquons que la présence d'un lac ou d'un point d'eau dicte souvent nos choix. Non seulement parce que les enfants adorent se baigner mais peut-être est-ce plus profondément inscrit dans nos gênes. Nous vivons en France dans un terrain bordée d'une rivière et à coté d'un lac. Nous avons grandi dans un village au bord d'un lac...

Jeudi 14/08 : Delnice - Senj - Karlobag - Première grosse frayeur en conduite - km2256 à 2465

Et bien ici à Delnice, de l'eau nous en aurons. Non que le lac était accessible mais les pluies orageuses de la nuit et de la journée nous condamnerons à rester dans le camping-car en espérant une accalmie. Profitant du wifi du bar du village, nous déciderons de retourner sur la côte car l'intérieur du pays est partout arrosé! Dommage pour nous, nous voulions justement fuir la côte. Mais entre rester enfermé sous la pluie et le soleil de la côte même remplie de touristes, nous préférons le soleil.
Nous quittons donc Delnice en direction de la côte. Nous nous concertons et plutôt que de choisir la facilité de l'autoroute nous optons pour les routes intérieures. Nous voyons alors ce que le tourisme apporte en matière d'infrastructure. Les routes, ici, sont en triste état. Un patchwork de coloris de bitume percé de nids de poule en guise de routes et des habitations en triste état. Rien à voir avec la Slovénie où les maisons sont grandes, cossues et en parfait état montrant le niveau de vie plutôt élevé. Ici les maisons sont rafistolées, les toitures souvent en tôle, l'absence de crépi sur les murs construits avec les matériaux disponibles. Nous voyons enfin le coté Face de ce pays coupé entre une côte ultra-touristique et un arrière-pays paysan.
Nous voulions voir cela aussi.

Sont-ce les routes abîmées ou les cailloux emportées par les pluies qui se sont abattues ici? Toujours est-il que nous avons eu une grosse frayeur dans les lacets de montagne lorsque le camping-car abordant un virage n'a plus voulu suivre la trajectoire demandé. L'arrière est parti une première fois dans un sens et nous nous sommes retrouvés sur la voie de gauche. Heureusement personne en face. Lentement j'ai ramené le camping-car vers la droite. Mais là il a voulu poursuivre et nous aurons vu la barrière s'approcher jusqu'à ce que le virage se termine enfin. Une éternité et en même temps un très bref instant. Alix dormait dans son lit. Jade s'était assoupie sur la banquette et évidement la ceinture de sécurité était abaissée au ventre. Quant à Liou, certes attachée mais retournée pour discuter avec nous et regarder la route. Ce n'était heureusement pas le moment.
Verdict quelques mètres plus loin sur un parking idéalement placé : Pneu éclaté ou plutôt dégonflé très vite car le temps de descendre et le pneu terminait de se dégonfler.
Comment expliquer, car sur cette belle portion de route, pas de nid de poule. Certes quelques minutes avant dans la montée des cailloux qui avaient été charriés par les pluies couvraient la chaussée par endroits. Mais rien de perceptible dans la conduite avant ce virage. Nous en serrons donc quitte pour une belle frayeur, un pneu quasi neuf HS et un remplacement de roue du coté de la voie en montagne. Cela m'aura au moins permis de m'exercer et de me conforter dans mon choix d'avoir emporté deux roues de secours complètes. Désormais il me faut en remplacer une. Et pour répondre à notre ami Francis que j'entends d'ici me demander si j'avais bien vérifié la pressions des pneus, oui, à chaque départ, je fais le tour du camping-car notamment pour vérifier les fenêtres des enfants, le verrou de la porte mais aussi les pneus, l'éclairage... Qui aurait cru cela de moi avant? Moi qui roulait depuis des mois avec un seul phare.
Cette expérience rassure sur certains aspects et inquiète sur d'autres (résistance des pneus?).

Après une petite pause, nous reprenons la route, franchisons le relief qui nous sépare de la mer et là un grand soleil nous attend à Senj. La ville est belle, le coucher de soleil depuis la citadelle est magnifique mais le vent qui descend de la montagne par cette gorge est violent et nous incite à bivouaquer ailleurs.
Nous nous concertons et décidons tous les trois (Liou y compris) de prendre la route de la corniche et non l'autoroute. On dit bien qu'il faut remonter à cheval immédiatement après une chute... Et bien il nous faut conjurer le mauvais sort. Nous faisons une soixante de kilomètres à la nuit tombée et nous arrêtons dans la petite ville de Karlobag entre mer et montagne pour la nuit.

Vendredi 15/08 : KARLOBAG - Premier Clash concernant l'école - km2465

Notre programme quotidien commence par l'école. Mais aujourd'hui ça coince, Mélanie n'y parvient pas. Les filles ne sont pas concentrées, elles font n'importe quoi et Mélanie, dont la patience est exceptionnelle dans ces moments là, boue intérieurement. Elle se frappe la tête avec le Bescherelle. Fous rires! Mais la limite est atteinte. Les filles ne font pas les efforts nécessaires. Peut-on le leur reprocher alors que nous sommes au mois d'août et que tous leurs copains et copines ne pensent pas encore à la rentrée. Mélanie part s'oxygéner et je débriefe avec les filles, leur demande d'expliquer pourquoi leur maman en arrive là et surtout comment faire pour l'avenir.
Plusieurs décisions : Se coucher plus tôt, déjeuner en autonomie le matin, puis récré dehors avant le Français, ensuite récré et on fini par les maths. Elles préfèrent les maths! Normalement en 2 fois 1 heure cela doit être faisable. En réalité cela prend plutôt 2h30-3h mais on ne leur dit pas car le deal c'est 10-12h par semaine alors que leurs copains et copines ont 24h/semaine.
Liou a quelques difficultés, les prérequis des cours du CNED incluent des choses dont il ne nous semble pas avoir entendu parler lors de l'année écoulée. Liou n'a aucun souvenir du passé composé par exemple et dès le premier cours qui s'intitulaient "Révision", elle est censée le maîtriser.
Elle avance péniblement d'une journée de cours par jour d'école. Surtout en Français. A l'inverse Jade, quand elle est avec nous (!) avale 3 à 4 jours par jour. Et surtout elle fait les maths en autonomie. Cela laisse plus de temps à Mélanie pour s'occuper de Liou mais pas suffisamment pour faire école à Alix en même temps. Sa seule présence distrait totalement ses sœurs.
Nous commençons aussi à remarquer des soucis dans les cours du Cned. Jade a fait un exercice où elle devait écrire en lettres des chiffres. Comme elle a tout faux, nous passons plusieurs jours à lui apprendre et nous remarquons que quelques cours plus loin, ils vont apprendre à écrire ces chiffres...? Quand ce ne sont pas des erreurs dans les questions, ou de correspondance entre le texte à lire et les questions posées.
Ce vendredi 15/08, c'est donc le premier clash concernant l'école. Cela nous permet de mieux cerner les besoins des filles et de chercher ensemble les solutions pour que cela soit le moins pénible voir le plus agréable pour tous. Je ferais donc l'école le lendemain aux filles et Mélanie s'occupera du fiston.

Ballade et Baignade après l'école.

Nous quittons Karlobag en direction du Sud lorsque nous nous stoppons sur un pont pour observer des sauts à l'élastique (souvenirs d'il y à ... nous dirons longtemps!). Nous y faisons la rencontre de deux jeunes Français en Renault Trafic aménagée. Thomas, guide de haute montagne en vacances forcées pour cause de blessure et sa soeur Angéline, lycéenne qui, s'arrêtant au même endroit, feront le grand saut. Autour d'un apéro, nous échangerons quelques conseils sur la Croatie, eux remontant et nous descendant.
Suivant leurs conseils, nous stoppons de nuit dans le Parc Naturel de Krka, sur un petit parking au bord d'un lac.

Samedi 16/08 : Lac de KRKA... - Repos - km2616

La nuit au bord du lac aura été calme, très calme. Au matin nous découvrons l'endroit. Petite plage, quelques tables et bancs, de l'ombre, une petite cabane pour les boissons... Un endroit charmant connu des locaux et pas fréquenté par les touristes (pas payant). Le lieux s'anime en cours de journée au gré de l'arrivée des locaux qui viennent en famille, les enfants se baignent, les femmes se font bronzer et les hommes jouent bruyamment aux cartes. Le matin j'échange quelques mots avec un pêcheur dont la plaque d'immatriculation est marquée 06, de Nice. Puis l'après-midi, à nouveau une plaque 06, pensant qu'il s'agissait de la même personne (la probabilité de croiser deux Français et de plus venant tout deux de Nice en tel endroit est très faible!), j'entamme la discussion. En fait, le village d'à coté (Rupe) contient un grand nombre d'habitants qui vivent désormais à Nice et rentrent au pays pour l'été. 110 personnes pour la seule famille de Vlade (c'est son nom).
Nous discutons un peu, il m'explique être peintre en bâtiment à la retraite. Après avoir demandé à quelques amis sans succès, il insiste beaucoup pour que nous venions faire le plein d'eau chez lui. Mais nous bloquerons avec notre gros camping-car, l'étroite rue traversant le village de Rupe, le temps de remplir les 200 litres de nos réservoirs puis il nous invite chez lui.
Le village a été entièrement détruit il y a 24 ans lors de la guerre. "Les serbes et les Croates - Guerre de politiques..."
Lui a reconstruit sur les ruines de sa maison, mais des murs de pierre témoignent encore de la présence de nombreuses maisons. Le village qui comptait plus de 4000 habitants en compte moins de 200 aujourd'hui.
Nous quittons Vlade, le généreux et le village témoin de Rupe pour retrouver notre bivouac au bord de l'eau.

Dimanche 17/08/14 : Lac de Krka – km 2628

Comme les nuits peuvent être paisibles au bord de ce lac. Pas de circulation, pas d’autres campeurs, pas d’avion dans le ciel, rien que les bruits de la nature. Et la journée est à l’image des nuits, paisible. Après être allés à l’église, les habitants de Rupe viennent ici en famille et repartent avant 19h nous laissant à nouveau seuls au monde !

Les enfants auront tout de même bien rempli leur journée, entre pêche, baignade sans oublier la franche rigolade lorsqu’elles ont entrepris de passer à la tondeuse la tignasse du papa. Pas de visite de site, de route à travers le pays. Non juste de bons moments en famille comme nous ne nous en accordions que trop peu avant ce tour du monde. C’est peut-être aussi la raison de ce tour du monde. Se laisser aller à « perdre son temps » ou plutôt à « lâcher prise » avec ce qui faisait notre quotidien avant, toujours à penser au lendemain et ne pas profiter du jour présent. Voilà au bout de trois semaines bientôt nous commençons enfin à nous accorder du temps. Pour Mélanie c’est encore dur, elle a du mal à se poser ici ou tout du moins elle ne voulait pas au départ rester ici. Pas d’intérêt touristique. En effet, le site est joli mais pour autant pas époustouflant. Qu’y-a-t-il à voir ici ? Nous même peut-être.

Lundi 18/08 : Départ du lac de Krka – Sibenik – Marina – km 2731

Comme tous les jours, les enfants commencent par l’école. Pas toujours évident lorsque la plage est à quelques mètres, qu’un pêcheur remonte poisson sur poisson… Nous quittons ce petit paradis pour revenir à la réalité. Et le retour sera rapide, à peine arrivé dans le village de Skradin qui est le cœur de ce parc naturel que les hordes de touristes, les bus, les parkings payant, les plages bondées inondent notre vue. Que nous étions bien au bord de ce lac mais pas ici, juste un peu plus haut pourtant.

Après ce premier bain de foule, nous en prenons un deuxième dans un supermarché Lidl pour faire quelques provisions à Sibenik. Les Allemands ont importé ici leur chaîne de supermarché (Interspar, Lidl…) mais aussi les produits qui remplissent leurs rayons. Du lait d’Autriche, du fromage Hollandais (en barre), de la viande Allemande. Nous sommes loin de la Croatie.

Thomas et Angéline nous avaient parlé du village carte-postale de Primosten. Effectivement le site est chouette. Nous ne nous y attarderons que le temps d’une visite et reprendrons la route pour chercher un bivouac au calme. Peut-être ai-je voulu trop de calme, toujours est-il que progressivement les routes sont devenues de plus en plus étroites et espérant retrouver une route plus large j’ai avancé jusqu’à ne plus pouvoir…avancer mais même faire demi-tour. Comme si les rues avaient été faites après les maisons. Les petits villages au-dessus de la corniche sont chouettes mais Mélanie ne les aura pas appréciés. A l’heure où j’écris ces lignes elle m’en veut encore. Je lui ai promis de ne plus recommencer… Dur dur cette promesse car entre les cartes routières et la réalité il y’a ici quelques nuances. Donc le demi-tour réalisé non sans mal (Oups le toit de Loze a rayé le) nous trouvons un bivouac sur un parking public. Mélanie est comblée. Tant pis pour le bruit mais non, plus de petites routes étroites !

Mardi 19/08 : Split – Podstana – Makarska – km2844

Nous avions prévu de visiter Split et ses fameux vestiges de son passé antique. La foule encore, l’absence de parking pour nous accueillir et enfin la chaleur nous ferons rebrousser chemin. Juste le temps d’un miracle pour remplacer mon pneu éclaté. Dans le premier garage trouvé ou presque, il a trois pneus de ma référence dans la bonne taille. Et dire qu’au pays natal de Bibendum j’ai dû les commander et attendre !

Mercredi 20/08 : Baie de Drasnice à Dubrovnik – km 3025

Sur la route sinueuse surplombant la mer adriatique, nous admirions les criques désertes et échangions un regard dubitatif à la vue des plages bondées. Le camping-car garé le long de la route, nous entreprenons une descente à travers les anciennes plantations d’oliviers, de figuiers pour arriver enfin au but tant recherché. Quelques rochers, des galets, une vue magnifique. L’endroit idéal pour se baigner, enfiler palmes-masques-tubas et s’émerveiller à la vue d’une étoile de mer mystérieuse, de petits crabes rapides comme l’éclair, d’un poisson de roche pas assez rapide pour notre épuisette. Très agréable.

Ensuite nous prenons la route et partageons quelques moments avec deux jeunes Hikers Polonais (auto-stoppeur) que nous amènerons rejoindre leurs amis qui ont plus de chance et sont déjà à Dubrovnik.

Nous stoppons pour la première fois en trois semaines dans un camping ou plutôt un bout de terrain ou la tenancière acariâtre entasse tentes, caravanes, camping-car les uns derrière les autres. Le seul intérêt que nous y trouvons réside en une machine à laver et à la possibilité de laisser sécher le linge pendant que nous irons visiter Dubrovnik le lendemain. Il ne faudra pas moins de 4 machines pour venir à bout du linge et des draps.

Jeudi 21/08 : Dubrovnik

Les remparts colossaux du vieux centre de Dubrovnik sont impressionnants. Ils renferment de très beaux monuments. Un peu à l’image de Venise mais sans les canaux. Une fois la rue principale cheminée, nous préfèrerons flâner dans le dédale de petites ruelles, escalier, passages. Et dénicher le Graal des enfants, une aire de jeu. Le grondement de l’orage nous décidera à quitter les lieux et miraculeusement nous sauterons en marche dans le bus qui doit nous ramener au camping. Nous évitant un fastidieux trajet jusqu’au mauvais arrêt où nous nous rendions !

Si nous avions à réaliser un test d’étanchéité du camping-car, l’orage de la nuit nous en aurait donné l’occasion. Des trombes d’eau illuminées de rafales d’éclairs laisseront place à un ciel bleu immaculé au petit matin.

Nous quittons la Croatie en direction du sud, du Monténégro.

La Croatie

Comment résumer un pays qui sort du communisme mais qui a parfaitement intégré la manne du tourisme ?

Tout d’abord, ce sont les habitants qui profitent du tourisme et c’est là le point positif que nous y voyons. Point de grands établissements hôteliers dont l’architecture brise le paysage. Si vous désirez un hébergement, vous voyez partout de petites pancartes pour y louer une chambre (Apartman, Appartemen, Apartmani…). Le logement chez l’habitant est omniprésent.

L’interminable côte développée contraste avec l’intérieur du pays beaucoup plus rural voir paysan.

Allemands et Italiens ont depuis bien longtemps fait de ce pays leur lieu de villégiature comme en témoignent les plaques d’immatriculation. Les Français arrivent bien après les Autrichiens, Tchèques, Polonais mais nous en croiserons tout de même un peu. La Croatie est cosmopolite en été. Elle doit être bien agréable une fois la haute saison passée.

Notre deuxième visite de ce pays confirme notre premier ressenti. Les Croates sont accueillants, opportunistes et possèdent un pays dont la côte est parfaitement adaptée au touriste recherchant le soleil et la mer.

Commenter cet article

dom 28/08/2014 20:25

Alors ce passé composé, il est passé ou bien il va falloir composer ?
Keep cool, il faut y revenir souvent...
Je vois que vous êtes en Grèce via l'Albanie, c'est possible de traverser maintenant c'est extraordinaire. nous on a failli se faire tirer dessus rien qu'à approcher d'un peu près la frontière! j'espère que les gens ne vivent pas trop mal.
Bonne Grèce, bon soleil bons souvlakis et ouzzo!!
Dom

Fred 27/08/2014 16:35

Un petit coucou à nos 5 voyageurs
A bientôt pour la suite

SylvBen 24/08/2014 21:00

Ravis de lire votre journal de bord régulièrement! Cela nous permet de voyager à travers votre récit : extra ! Même si (vous nous connaissez!!), on commence à réfléchir à notre prochain voyage et pourquoi pas à vous retrouver!! En attendant, bonne continuation. Plein de grosses bises à vous 5

Moniquz V. 20/08/2014 16:30

Passionants tes commentaires. Tu pourras les publier à ton retour. Alors la petite Liou s'adapte peu à peu à la vie trépidante et imprévue de ses turbulents parents ! Nous pensons bien à vous, soyez prudents dans les virages .... Bisous à vous 5.