Turquie - 2ème Partie - du 4 au 10 octobre 2014

Publié le par BosTrotters

Samedi 04/10 : Retrouvailles

Voilà trop longtemps que nous sommes séparés. Mon retour en France n’a pas apporté de bonnes nouvelles. La situation de l’entreprise est délicate, les causes sont complexes. J’y retournerai bientôt et il faudra faire un choix. Mais l’heure n’est pas à cela, ma famille m’attend à la sortie de l’aéroport et il faut désormais être disponible à 200% pour les enfants et Mélanie. Non pour rattraper le retard mais pour tenter de se replonger dans ce tour du monde dont nous avons été extraits violemment.

Mon comité d’accueil aura dû patienter un peu, mais quel plaisir de se retrouver. En un tour de taxi je retrouve le parking qui aura été le lieu de vie de ma famille pendant ces 12 jours. Eux en connaissent tous les recoins. Ils veulent me montrer le Mall proche où se trouvent l’Aquarium et tous les commerces. AquaFlorya est à quelques centaines de mètres, mais le trajet est interminable. Les voies de mes enfants se mêlent. Chacun veut me raconter, décrire, expliquer, montrer ce qu’ils ont fait. Leurs jeux, leurs habitudes, la côte où ils « glissent » jusqu’en bas, les rochers du bord de mer sur lesquels ils marchent. Ils voudraient me résumer ces 12 jours en quelques minutes. Mais ce temps-là, je ne le rattraperai pas. Il leur appartient. Alors je profite de les voir courir, jouer, sauter tout en serrant par la taille Mélanie à mes côtés.

De retour au camping-car, ils m’ont préparé une surprise : Un Mojito. Nous avions le rhum. Ils ont trouvé l’eau pétillante. Depuis la Grèce, nous n’en trouvions plus. Les enfants se font une joie de me le préparer. Un concours de circonstance fait que c’est devenu un mythe dans ce tour du monde et nous sourions lorsque nous trouvons un bar qui affiche ce cocktail sans pour autant en être addicts.

Dimanche 05/10 : Départ d’Istanbul

Il faut maintenant quitter Istanbul. Mélanie comme les enfants l’ont parcouru en long en large et en travers. Dommage, ce qu’ils m’en ont décrit me tente bien ! Nous payons les 13 jours de parking. Normalement le tarif aurait dû être de 30TL par jour, mais le gardien nous fait passer en catégorie voiture à 10TL. Soit à peine 45€uros au total. Pas cher pour 13 jours de « camping ». Nous passons le Bosphore et arrivons dans la partie Asiatique de la Turquie, l’Anatolie. Nous prenons la direction de Bursa où nous arriverons tard après avoir traversé divers paysages. La côte, la montagne et enfin les plaines couvertes d’Oliviers.

Il faut se dépenser quand on fait des heures de route!Il faut se dépenser quand on fait des heures de route!
Il faut se dépenser quand on fait des heures de route!

Il faut se dépenser quand on fait des heures de route!

Lundi 06/10 : Bursa

Le réveil est étrangement calme dans cette ville. Il est 9 heures et toujours pas de circulation intense, de muezzin résonnant à travers la ville, de gardien de parking venant réclamer le paiement. Nous apprenons par la suite que c’est un jour férié et décidons d’aller visiter la ville. Il y a foule en cet après-midi, étrange car ni minibus ni trams ne circulent. Nous avons beau essayer de nous mêler au flot, de nous balader, de visiter. Nous ne parvenons pas à nous immerger dans cette ville. Est-ce dû à l’ambiance particulière, non. C’est juste que ce qui a été rompu par mon retour ne s’est pas encore recollé. Il va falloir un peu de temps avant de parvenir à nous replonger dedans. Mais ça va être difficile car je reprends l’avion samedi.

Mardi 07/10 : Troie

Notre route nous fait longer le détroit des Dardanelles. Il s‘agit de l’autre sortie de la mer de Marmara. Le Bosphore au Nord-Est communique avec la mer Noire, Les Dardanelles au Sud-Ouest avec la mer Égée. Ces dernières sont étroites de quelques kilomètres seulement et longues, un balai incessant de cargos et de pétroliers l’empruntent. Nous arrivons à Troya (Troie). C’est Jade qui voulait absolument venir ici, la faute encore à Dominique ! Sa maîtresse de CP qui leur a fait étudier cet épisode de l’épopée d’Ulysse. Le site est à la fois décevant si nous nous attendions à voir de belles ruines, et surprenant de par la présence de neuf couches empilées de constructions. Le site ayant été occupé pendant 4 millénaires et ayant été reconstruit 8 fois. Ce que nous voyons a parfois 1000 ans, parfois 5000ans. Impressionnant quand on y pense.

Nous sommes surpris de la qualité des routes. Même lorsque la carte indique une petite route, il s’agit d’une belle route équivalente à une départementale en France voir souvent c’est une double voie. A Assos où nous bivouaquons par contre, nous avons mis à rude épreuve les freins dans sur une « route » pavée dont la pente était vraiment très raide !

Jade voulait visiter Troie!
Jade voulait visiter Troie!
Jade voulait visiter Troie!
Jade voulait visiter Troie!
Jade voulait visiter Troie!
Jade voulait visiter Troie!
Jade voulait visiter Troie!
Jade voulait visiter Troie!
Jade voulait visiter Troie!

Jade voulait visiter Troie!

Mercredi 08/10 : Assos - Bergame

Nous avons bivouaqué à côté d’une école et les filles, ce matin, se font une joie à l’idée d’y aller. Ici l’uniforme est porté par une grande partie des enfants. Pas un uniforme austère comme dans les téléfilms Français mais d’un bleu profond avec un col blanc qui dépasse. Les hauts-parleurs du haut des mâts crachent une musique et nous voyons les écoliers s’aligner pour le lever du drapeau. Nous en déduisons qu’il s’agit de l’hymne national. Pendant encore une heure nous voyons des élèves arriver et nous nous rassurons, nous qui étions toujours les derniers à déposer Liou et Jade à l’école en craignant que la sonnerie ai déjà sonnée, ici nous ne serions pas les derniers ! Nous sommes étonnés de voir régulièrement des enfants sortir en récréation sans maîtresse ou adultes pour les surveiller. Le portail de la cour est grand ouvert et un tracteur avec sa citerne d’eau y est garé. Mais ce n’est pas ce qui nous fait le plus peur. Une remorque transportant des bottes de foin, dont le chargement est à moitié tombé et dont l’autre moitié menace de le faire, se trouve juste à côté de la balançoire. Nous n’avons pas les mêmes repères ! Lorsque nous voyons une maîtresse sortir enfin, nous tentons un contact mais tous nos espoirs sont sèchement refroidis. « Hello, do you speak English ? » « No ! » et elle tourne les talons.

Nous ne semblons pas les bienvenus ici, sauf peut-être pour cet homme qui essaie encore une fois de nous extorquer 10TL pour le parking. Ici les étrangers paient mais pas les locaux. Je lui indique que nous ne paierons pas et me lance dans des explications en Anglais. Le regard désespéré de l’homme m’indique que le but est bientôt atteint. Il s’en retourne. La technique s’améliore. Le jour où nous tomberons sur une personne comprenant l’Anglais je paierai mon dû sans état d’âme ! Nous poursuivons donc la route direction Bergame (Pergame). Le site antique se situe sur une colline au-dessus de la ville actuelle et si un parking se situe en haut de celle-ci, la route pour y aller ne m’inspire rien de bon (à raison). Heureusement un téléphérique a même été installé et nous l’empruntons, ce qui est assez surprenant sous ces latitudes et par cette chaleur ! La vue depuis ce site est impressionnante sur les plaines alentours. Quant aux monuments, nous profitons de leur enchevêtrement pour improviser un cache-cache en famille. Le site est donc l’occasion de faire une balade en famille et de retrouver les habitudes que nous avions prises en Grèce lorsque nous baignions dans notre périple.

Nous nous arrêtons dans une petite ville de pêcheurs pour la nuit. Candarli. Je pars à la recherche de Kofte pour notre repas du soir et après avoir beaucoup agité les mains, compté sur les doigts, montré les ingrédients, je repars avec des barquettes pleines de victuailles que nous mangerons dans le camping-car, les enfants étant bien fatigués.

Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame
Assos et Pergame

Assos et Pergame

Jeudi 9/10 : Candarli – Ahmetbeyli

Au lever, je pars chercher du pain et découvre un petit marché. Nous revenons en famille faire le plein de fruits et légumes. Nous trouvons à recharger la carte 3G car nous avons déjà consommé les 4Go et sur le retour nous voyons un stand qui vend des beignets. Lors de mes précédents passages, une foule y faisait la queue. Désormais elle s’est résorbée et nous décidons d’en acheter vu le succès que semble rencontrer ce stand. On nous tend trois grands sacs en papiers chargés de beignets et je demande naturellement combien je dois. Mais dans un Anglais parfait une dame m’explique qu’elle a perdu son père hier et que c’est une tradition dans les régions Egéenne… Nous dégusterons les beignets mais lorsque nous y revenons un instant après avec des dessins réalisés par les enfants pour les remercier, la dame et sa fille sont parties. Seuls restent le couple qui possède ce stand et qui propose ce service. Ils nettoient le matériel et nous indique « finished ». Nous sommes frustrés, pas uniquement parce qu’ils semblent croire que nous revenons pour rechercher d’autres beignets mais parce que nous n’avons pas pu remercier les dames. Nous visitons cette petite ville en nous baladant et la quittons.

Après avoir repéré les lieux à l'aéroport d'Izmir où arriveront papy et mamy le lendemain soir, nous prenons la direction de la côte pour bivouaquer cette nuit et demain. En approchant, une pancarte indique « Planjar ». Nous interprétons avec justesse qu'il doit s'agir de la plage et arrivons hors saison dans un lieu qui doit être animé l'été. Sur la gauche: un ancien camping désaffecté où gisent quelques vestiges de tentes aux airs de camp de réfugiés. Sur la droite: la croisette... enfin la rue qui longe la plage. Des résidences aux volets clos. Quelques baigneurs en maillot de bain. Quelques pêcheurs tirant de la mer leur subsistance. Des boutiques ont fermés leurs grilles récemment.

A cela s'ajoute le vent qui fait grincer la balançoire, les chiens errants désœuvrés et les chats affamés sortant des containers. L'atmosphère est étrange. Mélanie n'est pas rassurée. Elle trouve l'endroit lugubre. Pour ma part, Berck n'est guère plus engageante hors saison et ici flotte un vent de liberté, d’une solitude bienvenue après avoir bivouaqués si souvent en ville ces derniers temps.

Turquie - 2ème Partie - du 4 au 10 octobre 2014
Turquie - 2ème Partie - du 4 au 10 octobre 2014
Turquie - 2ème Partie - du 4 au 10 octobre 2014
Turquie - 2ème Partie - du 4 au 10 octobre 2014
Turquie - 2ème Partie - du 4 au 10 octobre 2014
Turquie - 2ème Partie - du 4 au 10 octobre 2014
Turquie - 2ème Partie - du 4 au 10 octobre 2014
Turquie - 2ème Partie - du 4 au 10 octobre 2014

Vendredi 10/10 : Ahmetbeyli – Izmir

La nuit sera calme si l'on fait abstraction des moustiques. Au petit matin le vent s'est enfin calmé. Il fait 30ºc ce qui change des 15ºc et du temps couvert que nous avions jusqu'ici. Cette côte est méditerranéenne. Istanbul est plus continentale et nos amis tourdumondistes dans l'est de la Turquie ont froid. Très froid. Mélanie gère de front la lessive et l'école. Et pour une fois le linge sèche sans encombre grâce au soleil et au vent qui s’est à nouveau levé. Je me charge de chercher de l'eau à travers tous les environs avant de trouver mon salut juste à côté de nous.

Alix a du mal à gérer ses émotions. Retrouver sa mamie adorée provoque chez lui une telle charge émotionnelle après deux mois de séparation qu’il ne sait plus s’il faut pleurer ou rire. Il n’en dort plus et est tour à tour câlin et vilain !

Une fois les enfants couchés, je prépare mes affaires. Et oui, on fait un échange, papy et mamie tiendront compagnie à Mélanie pendant mon deuxième retour forcé en France. Nous nous retrouverons à Antalya. Mélanie prend le volant du camping-car cette fois-ci mais je suis rassuré, elle n’est pas seule et puis elle est très forte. Elle l’a prouvé.

Publié dans Actualités, Turquie

Commenter cet article

Michael et Alexandra 28/10/2014 09:21

Hello les trotters ! Merci pour ces billets passionnants, et surtout bravo pour votre courage et votre ténacité ! Nous vous envoyons toutes nos pensées de soutien, et espérons que la situation se rétablira vite pour vous permettre de vous retrouver et de profiter ensemble. Gros bisous à toute la famille !

vero 27/10/2014 14:51

bisous tous pleins

PERRIN Joëlle 27/10/2014 14:49

Merci pour les superbes photos et les commentaires très éclectiques !!! Je vous souhaite la réussite de votre retour en France, et surtout la relance de votre entreprise. Compliments à votre épouse pour la façon dont elle vous seconde ainsi qu'aux grands parents qui assurent avec brio le relais. Les enfants vont avec ce tour enrichir leur esprit, leur libre-arbitre, leurs réflexions et aussi, le plus important, leurs connaissances géographiques, historiques, ainsi qu'apprécier la découverte d'autres gens, d'autres modes de vies, et cela ne leur que plus profitable pour leur futur. Cordialement.