Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro

Publié le par BosTrotters

A l’instar de son voisin du Nord, le Kenya, la Tanzanie est connue pour ses grands parcs. Nous y venons pourtant sans projet les concernant. Le budget n’y est guère moins élevé qu’au Kenya et le timing avant la venue des grands-parents au mois d’août nous presse. Nous avons quitté le Kenya au dernier moment possible pour pouvoir profiter un peu de la Tanzanie, nous n’aimons décidément plus avoir de programme, d’obligations. Alors nous disposons d’un petit mois pour découvrir ce très grand pays.

Une bonne bière locale!
Une bonne bière locale!

9/07 - Frontière Kenya-Tanzanie

Pas de grandes difficultés pour les formalités, on paie ses visas en dollars, on paie la taxe routière de 25$ aussi et on est entré. Cela devient de plus en plus simple à mesure que nous avançons dans les pays. Pas de contrôle non plus.

La première grande différence avec le Kenya, nous la ressentons rapidement. La route est impeccable ! Fini les trous, les routes étroites, les dos d’ânes brutaux non identifiés et les conducteurs fous. Cette route récente qui remplace l’ancienne piste côtière est juste un pur bonheur après s’être fait balloter au Kenya. Des panneaux indiquent les limitations ! (et nous apprendrons par la suite qu’il est préférable de les respecter d’autant qu’il manque systématiquement les fins de limitation !)

Nous filons sur la route tanzanienne la tête encore pleine des souvenirs du Kenya. Un peu mélancoliques pourtant. Nous sommes partagés entre la joie de découvrir un nouveau pays et la tristesse de quitter le Kenya où nous avons passé de si bons moments. Va-t-on apprécier autant la Tanzanie ? Nous l’espérons. Et pourtant il nous reste une petite déception que nous voulons corriger, au Kenya, nous nous sommes un peu trop « protégés » suite aux expériences éthiopiennes. Nous n’avons que très rarement fait des bivouacs sauvages et avons presque toujours privilégié des campings, ferme, parkings… Nous voulons changer ça. Cela ne nous a pourtant pas empêché de faire de nombreuses rencontres.

Nous nous arrêtons à Tanga pour la nuit. Bon le bivouac sauvage attendra, si la corniche nous paraît sympa en journée, on ne le sent pas pour la nuit et on lui préfère le parking d’un hôtel. Un petit tour à l’office du tourisme de la ville nous conforte dans l’idée que les lieux touristiques ne sont pas pour nous, tant le vautour qui s’y trouve confond la monnaie locale avec les dollars ! Pourtant le change est d’1 dollars pour 2000 Shillings!

10/07

Nous hésitons toujours sur la direction à prendre. Vers Zanzibar puis remonter vers Arusha dans le Nord ? Cela nous ferait faire un petit retour en arrière. Ou directement vers Arusha en longeant le Kilimandjaro et ensuite essayer de faire une boucle par l’intérieur du pays et redescendre sur Zanzibar si l’état des routes le permet. Nous prenons cette deuxième option car elle a l’avantage de repousser un peu Zanzibar vu que la saison des pluies se prolonge un peu cette année.

Mélanie nous trouve une première étape dans les montagnes sur la route d’Arusha. Après une vingtaine de kilomètres de lacets, nous parvenons à Lushoto. Cette route nous a bousculés. Non qu’elle fût difficile, non, les paysages y étaient même magnifiques avec des cascades et des arbres couvrant la route. Mais sur les bas-côtés, des femmes, enfants, cassent des cailloux. Assis en tailleur, massette à la main, ils, elles, cassent, recassent jusqu’à ce que cette montagne se transforme en petits gravillons. Les bébés accrochés dans leur dos sont bousculés. Impossible pour nous de prendre une photo tant la scène dérange. Ce travail harassant se fait encore à la main !

Les paysages qui mènent à Lushoto sont grandioses!Les paysages qui mènent à Lushoto sont grandioses!Les paysages qui mènent à Lushoto sont grandioses!

Les paysages qui mènent à Lushoto sont grandioses!

Lushoto

Cette petite ville est cernée par les montagnes verdoyantes. Où se poser ? en Ville ? ou dans un chemin de montagne ? Nous optons pour la deuxième solution et avançons sur une piste de terre qui doit être bien glissante en cas de pluie. Mais c’est une impasse. Au bout il y a un lodge, le Lushoto Executive Lodge. La seule pente qui y mène effraie Mélanie partie en reconnaissance et nous entamons une marche arrière lorsqu’un homme nous demande dans un anglais parfait ce que nous faisons. Lui répondant que nous cherchons un endroit pour nous poser, il nous invite à le suivre. Il est le propriétaire du lodge et nous installe sur le parking (un peu pentu quand même). Ce ne sera pas encore un bivouac sauvage ! Mais nous n’allons pas nous plaindre tout de même ! D’autant que nous disposons d’un robinet d’eau juste à côté. Eau de montagne en plus ! Qu’il faut préalablement filtrer de sa terre grâce à un bricolage maison pour la rendre un peu plus claire.

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro

Nous profitons de notre arrivée en milieu d’après-midi pour partir en balade dans les chemins au-dessus du lodge. Toute la montagne est habitée, chaque petit sentier laisse découvrir des maisons aux toits de tôle, des enfants qui courent, des femmes avec un bébé dans le dos qui lavent le linge, des hommes qui conduisent les bœufs pour labourer les parcelles de terre. La vie grouille dans la montagne même si aucune route n’y mène. Nous y achetons quelques bananes à une petite fille qui ne semble pas parler un mot d’anglais. C’est là une grande différence avec le Kenya. Ici ils ne parlent que swahili. Rares sont ceux qui maîtrisent la langue de Shakespeare. Les colons allemands n’y ont pas laissé leur langue non plus. A mesure que nous progressons sur les chemins, le nombre d’enfants qui nous suivent augmente et nous nous retrouvons vite à la tête d’un joli groupe. Jade se plaît avec tous les enfants et elle participe facilement à des petites courses pieds nus dans les chemins. Les rires et les cris accompagnent l’équipée. Les mamans nous regardent d’abord un peu surprises et puis finalement répondent par un grand sourire à nos salutations. Arrivés à un petit ruisseau, tous les enfants stoppent. Aucun ne le franchit. Ils nous laissent poursuivre. Sans doute la limite de leur village. Nous entamons alors une franche montée et on se dit qu’il serait bientôt nécessaire de rebrousser nous aussi chemin, le soleil ne tardera pas à disparaître derrière la montagne. A ce moment nous nous faisons dépasser par une vieille dame et un jeune homme. Elle ne parle pas mais nous comprenons à son regard, à son attente qu’elle souhaite qu’on l’accompagne. Nous sommes invités. Mais dans moins d’une demi-heure il fera nuit et nous n’avons pas amené nos lampes frontales. Le téléphone n’a plus de batterie comme d’habitude en fin de journée. Donc on ne peut pas la suivre bien loin et pourtant ça grimpe, elle grimpe et nous attend à chaque virage. Alix ralenti notre progression dans ce genre de chemin où la moindre marche est plus haute que lui. Nous sommes tiraillés entre l’envie de suivre cette dame et la nécessité de ne pas nous faire surprendre par la nuit dans ces montagnes où la température est bien fraîche. Lorsque nous parvenons à une clairière, la vue s’ouvre. Le coucher de soleil qui s’annonce est magnifique mais de l’autre côté, nous distinguons les toitures en tôle du village de la dame. Il est encore bien au loin dans les pentes de la montagne et nous devons lui faire comprendre que nous ne pouvons plus continuer. A contre cœur.

Les filles dévalent les chemins aussi vite que leurs pieds le leur permettent et leur père tente en vain de les suivre. J’en suis remis à demander confirmation aux enfants qu’elles ont bien pris les bonnes directions pour retourner au lodge. Il fait de plus en plus sombre et ce n’est pas le moment de les perdre. Je les rattrape juste avant la dernière intersection, juste avant qu’elles ne continuent tout droit là où il fallait tourner et rejoindre le camping-car! Une petite remontrance plus tard, je les renvois dans la nuit avec les lampes frontales chercher Mélanie et Alix qui risquent de rater l’embranchement vu l’obscurité. Cette petite balade nous a immergés dans un univers si différent de ce que nous voyons depuis la route. Ici, ni électricité, ni route, l’eau coule de la montagne dont ils extraient leur subsistance. Une vie à l’essentiel.

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro

11/07

Le lendemain, nous partons tout équipés pour une randonnée afin d’atteindre le sommet de la montagne derrière laquelle le soleil s’était caché la veille. La progression y sera moins sauvage que la balade de la veille. Nous empruntons des routes de terre, les enfants rient des pieds nus de Jade et Liou. Les chaussures de rando sont devenues trop petites et la corne de leur pied est plus dure que leur talon où sont apparues des ampoules. Elles ont donc abandonné leurs chaussures et marchent devant des gamins dont on ne sait s’ils se moquent ou rient simplement. De temps en temps un plus grand les fait déguerpir. Lorsque le sentier disparaît dans l’épaisseur de la végétation, nous rebroussons chemin et pique-niquons sous l’œil méfiant de la garde qui aurait bien voulu nous faire payer l’accès à la forêt. Et oui, ici aussi la nature est payante, en tout cas pour les étrangers. Agaçant, déroutant.

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro

12/07

La route qui file vers l’ouest parallèlement à la frontière avec le Kenya nous offre des paysages de plaine au Sud et des remparts rocheux au nord. Nous découvrons aussi que toutes les routes ne sont pas encore parfaites en Tanzanie. Des portions sont en travaux et nous obligent à emprunter des pistes parallèles très poussiéreuses. Mélanie peste contre cette poussière qui s’immisce partout. C’est à croire que le camping-car est un gruyère tant la poussière entre de partout. J’ai eu beau siliconer tous les trous, toutes les fentes, ajouter du joint mousse, du joint à lèvre partout, la poussière entre toujours. Les placards au sol sont tous rouges. Heureusement la vaisselle et les vêtements sont dans les placards du haut qui sont épargnés. A quoi bon nettoyer encore et encore ? Quelques jours plus tard tout est à nouveau à refaire. Et pourtant il le faut quand même un peu.

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro

Nous scrutons l’horizon à l’approche du Kilimandjaro. C’est à celui qui le verra en premier à travers tous ces nuages. Comment un géant de 6000mètres d’altitude peut se cacher au milieu d’une plaine ? Ce n’est pas comme dans les Alpes où les sommets jouent à celui qui sera le plus haut ! Ici pas de concurrence. Le Kili est seul au milieu de la savane. D’autres petits frères sont éparpillés ici ou là en Tanzanie, mais le seul qui le taquine vraiment est le Mont Méru vers Arusha. Il ne se laisse pas voir alors que nous quittons la plaine aride pour ses contreforts verdoyants et ruisselants. Les acacias laissent place aux bananiers. La température chute brutalement. Nous arrivons à Maragwe où tout le monde nous sollicite. Ici pour acheter des bananes, là pour nous amener à un camping, un hôtel. L’endroit est des plus touristiques. C’est le point de départ principal des ascensions du Kili et ça se voit. Après avoir été refroidis par les tarifs de parking d’un hôtel où tout le monde voulait nous amener (50$), nous prenons le premier chemin à droite et obtenons l’autorisation de nous garer devant une petite boutique où nous nous empressons de réaliser quelques achats. Nous devenons rapidement l’attraction du quartier. Pendant que les parents discutent, les enfants jouent. Enfin surtout Jade dont l’aisance fait des miracles. Tel un professeur elle présente ses billes, tocs à l’assemblée qui l’observe et l’écoute attentivement ! Voilà enfin un bivouac où nous sentons à l’aise. C’est justement à ce moment que l’on me tire par le bras pour me faire voir le sommet du Kili qui se dévoile à travers la végétation et les nuages ! Magique !

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
La balade du lendemain matin sera très courte et surtout très humide !La balade du lendemain matin sera très courte et surtout très humide !La balade du lendemain matin sera très courte et surtout très humide !

La balade du lendemain matin sera très courte et surtout très humide !

13/07

Nous quittons les pentes du Kili. De toute façon, nous ne pourrons pas l’escalader en famille sans parler du budget (au bas mot 1500€/pers). Dommage !

Ce jour-là alors que nous souhaitions contourner le Mont Méru par le Nord, nous passons entre ces deux géants. A notre droite le Kili toujours dans les nuages et à notre gauche le Mont Méru au loin. Nous décidons de chercher un bivouac et demandons à des sœurs passant par là si le coin est suffisamment sûr pour bivouaquer. Elles nous amènent à leur couvent-ferme où l’accueil de la mère-supérieure n’est pas aussi chaleureux. Elle nous propose tout de même de nous installer dans une cour gravillonnée. Mais ce n’est qu’une fois après nous avoir installés qu’elle nous demande « How much money will you give me ? ». S’il n’y avait eu le mot money, je lui aurai bien répondu « une poignée de main » comme je le fait désormais systématiquement aux policiers qui nous demandent ce qu’on va leur donner. Ils en sont tellement surpris qu’ils nous laissent repartir avec un grand sourire. Mais ici le doute n’est pas permis. Elle n’a pas demandé quel don nous allions faire à l’église. Ni même expliqué que nous pourrions participer aux frais de gardiennage. Nous l’aurions fait. Non, elle nous a demandé combien nous allions lui donner à elle. Et son anglais est suffisamment bon pour éviter la confusion. Nous partons non sans lui expliquer que nous regrettons la demande et la considérons malvenue dans un tel lieu. Nous sommes d’autant plus surpris que les sœurs dans le pick-up étaient joviales. Peut-être ne fallait-il pas répondre honnêtement lorsqu’elle nous a demandé notre religion… ?

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro

C’est en nous arrêtant au village suivant pour acheter du fromage dans une laiterie que l’on nous indique que nous pouvons nous installer à côté du terrain de foot. Nous y discutons avec les jeunes du village qui viennent jouer tous les soirs et y faisons la connaissance d’Amon Amos. Il vit avec sa grande sœur et ses deux petits frères. Leurs parents sont décédés 6 mois auparavant. Depuis ils vivent ensemble. Amon a quitté l’école qu’il ne peut plus payer et passe ses journées à tourner en rond. Après avoir essayé de lui faire comprendre qu’il ne doit s’en remettre qu’à lui-même et ne pas attendre un bon samaritain pour le prendre en charge, je comprends toute la difficulté de la tâche. Depuis leur plus jeune âge, on leur inculque la discipline, à obéir, à ne pas prendre de décision mais à suivre les instructions et à s’en remettre à un supérieur. Amon est un pur produit de ce système répandu encore dans de nombreux pays. Il est incapable de prendre des initiatives et il s’en remet à moi pour lui dire ce qu’il doit faire. Objectif n°1 : récupérer ses livres à l’école à Arusha pour devenir peut-être un jour président comme il en rêve ! Objectif n°2 : trouver un boulot en parvenant à lui faire accepter qu’un petit boulot vaut mieux que rien ! Ranger les caddies au supermarché…

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro

Nous serons invités à diner dans leur case à la lumière des bougies (et de nos lampes frontales). La grand-mère viendra se joindre à nous tout comme la voisine. Curiosité, tradition, honneur ? Nous aurons comme seule réponse leurs sourires faute de parler le swahili.

Au petit matin, nous passons la tête par la petite fenêtre du lit pour observer le Kilimandjaro au lever du soleil. Magique.

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro

15/07 Arusha

Arusha est la grande ville du Nord. Point central touristique pour ceux qui veulent aller faire le Kilimandjaro, les parcs du cratère du Ngorongoro et de Serengeti ainsi qu’une sortie au Kenya au Masai Mara. Hôtels, magasins de souvenirs, d’artisanat, vendeurs de rue, bureaux de change… la parfaite ville touristique…

A la recherche d’un bivouac, nous découvrons l’existence d’une Alliance Franco-Tanzanienne à Arusha. Là où d’autres pays exportent leur foi ou leur business, la France exporte son amour de la culture. A notre arrivée, une activité pour les enfants est en cours et les nôtres peuvent s’y joindre. Le thème : Carnet de voyage ! Heureux hasard non ?!

Nous faisons la connaissance d’expatriés Français travaillant ici en contrat ou en stage. Nous assistons à une séance Cinéma, à l’inauguration d’une école internationale de danse (Dance Team Africa) antenne d’une école fondée en Suède par un Malgache (qui parle donc Français).

Les quelques jours passés ici sont une parenthèse dans notre voyage. Nous sommes en France mais à l’étranger. De peur d’oublier quelqu’un, je préfère remercier en une fois l’ensemble des personnes rencontrées ici. Français ou Tanzaniens.

Lorsque l’on cherche Jade, il suffit d’aller voir à la bibliothèque où elle dévore les encyclopédies sur les animaux quand Liou préfère lire de nouveaux livres.

Nous en profitons également pour prendre des infos sur le cratère du Ngorongoro et comment nous pourrions le visiter à moindre coût. Nous n’avons en effet toujours pas totalement abandonné l’idée de découvrir ce joyau de la nature…

Nous fêtons l’anniversaire de Mélanie avec pas mal de monde et ça nous plaît ! C’est vrai qu’un diner en tête à tête aurait été agréable mais une soirée avec des amis c’est encore plus sympa !

Après quelques jours où nous avons profité de la programmation de l’Alliance Française et de la gentillesse de ses membres, nous quittons Arusha pour aller à la découverte d’une école à Usariver.

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du NgorongoroTanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro
Nous fêtons l'anniversaire à Mélanie en bonne compagnie!Nous fêtons l'anniversaire à Mélanie en bonne compagnie!Nous fêtons l'anniversaire à Mélanie en bonne compagnie!

Nous fêtons l'anniversaire à Mélanie en bonne compagnie!

Tanzanie - du 9/07 au 01/08 - du Kilimanjaro au cratère du Ngorongoro

Usariver

John nous présente l’école maternelle qu’il a ouvert. Une seule classe est en fonction. Faute à la mobilisation des parents ? Au tarif même symbolique demandé (2€/mois)? A l’absence de moyen ?

Nous nous y rendons avec John et sa femme qui s’est habillée très classe pour l’occasion. Nous y sommes d’abord accueillis par le prêtre de la paroisse. Un géant de 2m au large sourire.

Ensuite nous pénétrons la classe. Immédiatement la quinzaine d’écoliers se lève en silence. Ils sont comme au garde-à-vous. Et pendant l’heure et demi que nous passerons en leur compagnie. Pas un ne parlera sans permission, ne chuchotera, ne regardera ne serait-ce que son voisin ! Récitation de l’alphabet en Anglais, compter en Anglais, chanter etc… A l’âge où nos têtes blondes françaises jouent, dessinent, peignent… ici les enfants obéissent au doigt et à l’œil dans une discipline de fer. C’est à la fois impressionnant de voir ces petits bambins si dociles et en même temps très déroutant, dérangeant.

Nous leur offrons une partie du matériel scolaire offert par les copains et copines de Liou et Jade avec pour instruction au professeur de leur donner l’occasion d’utiliser leur imagination, de réaliser des coloriages, des dessins. Cela nous semble plus correspondre à leur âge que l’éducation militaire dont ils bénéficient actuellement. Comme nous l’avions ressenti avec Amon Amos quelques jours auparavant, nous avons la confirmation que l’on ne leur demande pas la moindre initiative. Nous gardons le contact avec le professeur en essayant de lui faire part de notre surprise que des enfants si jeunes n’ai pas l’occasion de faire des activités.

Nous finissons par présenter notre village et l’école des filles grâce à la présentation réalisée par la classe de Jade cette année.

Nous leur laissons aussi un planisphère pour décorer un peu les murs de la classe.

L'école maternelle créée par John! Discipline et apprentissage dès le plus jeune âge!L'école maternelle créée par John! Discipline et apprentissage dès le plus jeune âge!L'école maternelle créée par John! Discipline et apprentissage dès le plus jeune âge!
L'école maternelle créée par John! Discipline et apprentissage dès le plus jeune âge!L'école maternelle créée par John! Discipline et apprentissage dès le plus jeune âge!L'école maternelle créée par John! Discipline et apprentissage dès le plus jeune âge!

L'école maternelle créée par John! Discipline et apprentissage dès le plus jeune âge!

L'école maternelle créée par JohnL'école maternelle créée par JohnL'école maternelle créée par John
L'école maternelle créée par JohnL'école maternelle créée par JohnL'école maternelle créée par John
L'école maternelle créée par JohnL'école maternelle créée par JohnL'école maternelle créée par John

L'école maternelle créée par John

Ngorongoro

Nous avons finalement trouvé une solution plus économique pour visiter le cratère du Ngorongoro. Nous pourrions écrire beaucoup sur cet endroit exceptionnel, unique… Laissons les photos parler d’elle-même !!!

Sur la route entre Arusha et le cratèreSur la route entre Arusha et le cratère
Sur la route entre Arusha et le cratèreSur la route entre Arusha et le cratère

Sur la route entre Arusha et le cratère

Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!
Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!
Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!

Arrivée à la réserve du Ngorongoro - Avant d'être dans le cratère, le spectacle est déjà impressionnant!

Nous découvrons le cratère à la première heure!
Nous découvrons le cratère à la première heure! Nous découvrons le cratère à la première heure!
Nous découvrons le cratère à la première heure! Nous découvrons le cratère à la première heure!

Nous découvrons le cratère à la première heure!

Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...
Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...
Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...

Les animaux sont de tous les côtés! Proies et prédateurs se cotoient dans le silence...

Des troupeaux de gnous et des oiseaux solitaires!Des troupeaux de gnous et des oiseaux solitaires!
Des troupeaux de gnous et des oiseaux solitaires!Des troupeaux de gnous et des oiseaux solitaires!Des troupeaux de gnous et des oiseaux solitaires!

Des troupeaux de gnous et des oiseaux solitaires!

La nature nous offre un point de vue exceptionnel d'où nous observons les hyènes attaquer un bufle! Un hippo se balader dans les marais!
La nature nous offre un point de vue exceptionnel d'où nous observons les hyènes attaquer un bufle! Un hippo se balader dans les marais!La nature nous offre un point de vue exceptionnel d'où nous observons les hyènes attaquer un bufle! Un hippo se balader dans les marais!
La nature nous offre un point de vue exceptionnel d'où nous observons les hyènes attaquer un bufle! Un hippo se balader dans les marais!La nature nous offre un point de vue exceptionnel d'où nous observons les hyènes attaquer un bufle! Un hippo se balader dans les marais!

La nature nous offre un point de vue exceptionnel d'où nous observons les hyènes attaquer un bufle! Un hippo se balader dans les marais!

Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!
Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!
Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!

Un petit oiseau paraît si fragile à côté du bufle ou des hippos!

Pique-nique au bord d'un lac à hippo! Petits, Gros, Proies, Prédateurs, dans l'air, sur terre ou dans l'eau... le spectacle est partout!Pique-nique au bord d'un lac à hippo! Petits, Gros, Proies, Prédateurs, dans l'air, sur terre ou dans l'eau... le spectacle est partout!Pique-nique au bord d'un lac à hippo! Petits, Gros, Proies, Prédateurs, dans l'air, sur terre ou dans l'eau... le spectacle est partout!
Pique-nique au bord d'un lac à hippo! Petits, Gros, Proies, Prédateurs, dans l'air, sur terre ou dans l'eau... le spectacle est partout!Pique-nique au bord d'un lac à hippo! Petits, Gros, Proies, Prédateurs, dans l'air, sur terre ou dans l'eau... le spectacle est partout!Pique-nique au bord d'un lac à hippo! Petits, Gros, Proies, Prédateurs, dans l'air, sur terre ou dans l'eau... le spectacle est partout!
Pique-nique au bord d'un lac à hippo! Petits, Gros, Proies, Prédateurs, dans l'air, sur terre ou dans l'eau... le spectacle est partout!Pique-nique au bord d'un lac à hippo! Petits, Gros, Proies, Prédateurs, dans l'air, sur terre ou dans l'eau... le spectacle est partout!

Pique-nique au bord d'un lac à hippo! Petits, Gros, Proies, Prédateurs, dans l'air, sur terre ou dans l'eau... le spectacle est partout!

Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!
Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!
Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!

Le lion et les rhinos étaient trop loin pour faire une belle photo! Nous ressortons du cratère et profitons de la vue une dernière fois!

Vue générale sur ce lieu unique!

Vue générale sur ce lieu unique!

Après cette journée exceptionnelle, nous partons en direction de Dar Es Salaam où nous restons quelques jours le temps de plonger dans l'océan Indien. Nous récupérons notre nouveau Carnet de Passage en Douanes (sorte de passeport du camping-car) à l'Alliance Française et filons en direction de la Zambie où nous devrions accueillir les parents à Mélanie. Les enfants sont excités à l'idée de revoir leurs grands-parents qu'ils n'ont pas revus depuis l'année dernière.

Publié dans Actualités, Tanzanie

Commenter cet article

famille pasquier 11/10/2015 21:51

contents d'avoir de vos nouvelles! bisous à toute la petite famille et bonne continuation!

Jean-Marie MONTIER 10/10/2015 14:01

Formidable, on était un peu inquiets de ne pas avoir de nouvelles. Nous voici rassurés. Bonne continuation.

liber-t 07/09/2015 07:47

Bravo a vous tous , bon courage pour la suite a+