Le Lesotho - Un royaume dans les nuages

Publié le par BosTrotters

Premier paysage du Lesotho en arrivant par le nord.

Premier paysage du Lesotho en arrivant par le nord.

Enclavé au cœur de l'Afrique du Sud, le petit royaume du Lesotho résiste encore et toujours à l'envahisseur. Nous y parvenons par un des rares postes frontières qui ne soient pas dans un col de montagne. Nous sommes accueillis à l'immigration par une employée de l'office du tourisme qui se charge de nous faciliter les démarches et nous conseille sur les beautés de son pays en nous remettant une brochure touristique bien complète! Voilà de l'accueil! Un des pays les plus pauvres de la planète a compris ce qu'il pouvait tirer du tourisme. La seule fois où nous avions été accueillis de la sorte c'était en Iran un an auparavant. Nous prenons la route du nord pour nous retrouver à seulement quelques kilomètres du Sentinel peak où nous étions quelques jours auparavant côté Sud-Africain. Les routes sont bonnes, même excellente pour un tel pays. Les chinois investissent ici aussi et contrairement à ce que diront les mauvaises langues, ici il n'y a ni pétrole ni ressources minières. L'or bleu est la seule véritable richesse naturelle et l'Afrique du Sud a depuis longtemps négocié, financé et exploité un réseau de barrages reliés entre eux par de gigantesques canalisations souterraines qui déversent l'eau dans les régions arides de l'Afrique du Sud situées au nord du Lesotho. Ici les habitants n'ont pas l'eau courante, l'agriculture n'est pas irriguée. L'eau, ils doivent aller la chercher à dos d'ânes. Alors que des milliards de mètres cubes sont aspirés sous leurs yeux! Drôle de réalité. Mais c'est aussi grâce à cette manne financière que le pays et son monarque vivent.

Nous bivouaquerons la première nuit dans une prairie près d'un ruisseau. Ce qui ne tarde pas d'éveiller la curiosité des enfants alentours. Nous y ferons la connaissance d'une famille qui possède un petit B&B où nous partagerons le repas du soir cuisiné par la maman qui reste en cuisine pendant que son fils nous fait la conversation.

Curiosité, jeuxCuriosité, jeux
Curiosité, jeuxCuriosité, jeux

Curiosité, jeux

S'il y a une chose à retenir des routes du Lesotho ce sont leurs pentes vertigineuses qui mettent à rude épreuve les mécaniques. Les moteurs chauffent, les pneus s'usent sur le tarmac et les freins rougissent dans les descentes. Inutile de dire que les rares aires de parking sont une bénédiction pour faire refroidir les uns ou les autres. Nous découvrons pour la première fois que notre jauge de température connaît une autre position que celle qu'elle affiche en permanence. Nous irons même tâter ses limites au son du ventilateur.

Pays de montagne

Pays de montagne

Après avoir rebroussé chemin au nord faute de véhicule adapté aux pistes montagneuses, nous descendons vers l'intérieur du pays pour aller découvrir la plus grande étendue d'eau du pays. Le Katse dam serpente dans une longue vallée et son niveau témoigne de la sécheresse qui s'abat sur l'Afrique Australe depuis plusieurs années. Nous bivouaquerons au bord d'une petite piste avec une vue superbe sur le coucher de soleil. Ici également nous attirons la curiosité des enfants qui osent venir nous voir à l'inverse des adultes qui restent en haut des collines avec leurs troupeaux mais nous fixent tout autant.

Nous découvrons les travers du tourisme. Les enfants connaissent un mot anglais : Sweet! Ils le répètent à l'envie alors qu'une dame nous aborde sans salutations pour affirmer "Hungry!"

Voilà donc le mal qui s'immisce dans ce pays, importé par les touristes sud-africain au volant de leurs gros 4x4 venus tester leurs engins sur ce grand terrain de jeu. Sans prendre conscience de l'effet à long terme de ces petits gestes, ils transforment les enfants en mendiants à la solde de leurs parents. Ils ont parfaitement compris qu'ils pouvaient multiplier le prix des fruits qu'ils vendent au bord de la route par 2 ou 3. Seule l'innocence d'une petite fille brisera le secret. Nous achèterons désormais les abricots à 5 rands les 6 ou 7 alors que les adultes ou les grands nous les annonçaient à 10 ou 15.

Tout cela nous fait étrangement penser à l'Ethiopie. Heureusement sans l'agressivité qui l'accompagne là-bas. Comment faire pour soutenir sans pervertir? Quel beau sujet de dissertation. On ramasse les copies dans deux heures!

Vue sur l'infini des montagnes où se niche le réservoir de KatseVue sur l'infini des montagnes où se niche le réservoir de Katse
Vue sur l'infini des montagnes où se niche le réservoir de Katse
Vue sur l'infini des montagnes où se niche le réservoir de KatseVue sur l'infini des montagnes où se niche le réservoir de Katse

Vue sur l'infini des montagnes où se niche le réservoir de Katse

Le Lesotho - Un royaume dans les nuages
Le Lesotho - Un royaume dans les nuages
C'est la saison des abricots!C'est la saison des abricots!C'est la saison des abricots!
C'est la saison des abricots!C'est la saison des abricots!C'est la saison des abricots!

C'est la saison des abricots!

La ville de Semonkong en arrière plan des chutes Maletsunyane!

La ville de Semonkong en arrière plan des chutes Maletsunyane!

L'un des endroits les plus impressionnant du Lesotho est bien difficile d'accès. Nous faisons halte dans la ville de Semonkong d'où nous pouvons rejoindre les chutes Maletsunyane à pied par un sentier de randonnée. Malheureusement le camping est inaccessible avec notre véhicule. Je ne m'aventurerai même pas dans cette grande descente avec une voiture classique. Nous ne bivouaquerons pas ici, la ville n'y est pas des plus accueillante et nous avons bien envie de tenter quand même de nous approcher des chutes par la piste qui nous est déconseillée.

8km de piste terreuse, caillouteuse ne nous aurons pas arrêté. Nous apercevons les chutes mais surtout cette prairie qui leur fait face. Qu'il est tentant d'aller s'y installer mais comment? par où? Nous enclenchons le mode 4x4 du camping-car... aucune différence au niveau de la mécanique, juste bâillonner Mélanie et croiser les doigts pour espérer ne pas rester coincé dans l'herbe sur les blocs de pierres. Il faut se frayer un passage parmi se dédale de cailloux. Entre ceux qui voudraient bien entailler nos pneus et ceux qui sont trop haut pour l'axe des roues arrières, il faut piloter en douceur ou parfois en force mais au final nous parvenons au plus beau point de vue possible! La vue est splendide sur les chutes mais aussi sur le plateau rocheux qui nous fait face. L'orage qui se forme à l'horizon rajoute à l'ambiance dramatique du lieu juste éclairci par un double arc-en-ciel.

Chutes Maletsunyane, impressionnantes!Chutes Maletsunyane, impressionnantes!Chutes Maletsunyane, impressionnantes!
Chutes Maletsunyane, impressionnantes!Chutes Maletsunyane, impressionnantes!Chutes Maletsunyane, impressionnantes!

Chutes Maletsunyane, impressionnantes!

Le Lesotho - Un royaume dans les nuages

Le lieu est idéal pour se reposer des trop longues journées de route que nous imposent les routes tortueuses du Lesotho. On sait déjà que l'on va rester un peu ici. L'endroit prête à la quiétude et n'y a-t-il point meilleur endroit pour déguster un Mojito confectionné par sa grande fille?

Le lendemain amène son lot d'enfants curieux qui viennent quémander un peu de nourriture envoyés ici par leurs parents. Ils passeront la journée à nous observer faire l'école, à rire, à jouer avec Jade qui a décidément le don pour initier le contact. Même s'ils ne parlent pas anglais, ils se comprennent et ils rient de leur méconnaissance des couleurs.

A aucun moment ces enfants de tous âges n'iront manger ou boire dans leurs maisons à peine visibles au loin. Alors quand nous sortons le jerrican et un verre, c'est la cohue. En file indienne cela va déjà mieux, mais nous ne comprenons pas qu'ils jettent tour à tour l'eau restant dans le verre. Au lieu de compléter le verre, ils en jettent le contenu et le remplisse à nouveau pour boire. Dans ce pays où l'eau est si abondante et pourtant si difficile d'accès, pourquoi la jette-t-il?

Le Lesotho - Un royaume dans les nuagesLe Lesotho - Un royaume dans les nuages
Le Lesotho - Un royaume dans les nuagesLe Lesotho - Un royaume dans les nuagesLe Lesotho - Un royaume dans les nuages

Nous ne verrons pas grand monde ici. Pourtant une voiture s'arrête au bord de la piste et un homme part voir la vue. Malgré qu'il roule en Duster (Dacia en France, Renault ici), il ne poussera pas comme nous jusqu'à franchir la prairie caillouteuse. Il est Français, travaille à Capetown et est venu admirer les chutes. J'enfile mes chaussures de randonnées et nous partons ensemble. Ni les enfants ni Mélanie ne peuvent nous accompagner, la descente est trop difficile et dangereuse, les éboulis trop glissants. Pour preuve cette vache tombée le matin même de la falaise que les villageois dépècent avant de remonter en morceau. Nous espérons ne pas avoir le même sort! Mais toute la difficulté de la descente et, pire, de la remontée est bien vite oubliée face à la splendeur de cette chute et de son environnement.

Une autre voiture s'approche et malgré son petit gabarit elle parvient comme nous à s'approcher de la falaise. Elle est française! Décidément le lieu n'attire que des français! Nous passerons la soirée à discuter et l'hébergerons pour une nuit! Amusantes rencontres en un tel lieu.

Le Lesotho - Un royaume dans les nuagesLe Lesotho - Un royaume dans les nuagesLe Lesotho - Un royaume dans les nuages
Le Lesotho - Un royaume dans les nuagesLe Lesotho - Un royaume dans les nuages
Le Lesotho - Un royaume dans les nuages

La route nous amène vers le sud du pays à travers des paysages toujours plus rudes. Les maisons sont faites des matériaux locaux. Pierres, chaume et parfois un peu de tôle qui enlève au charme de ces maisons typiques mais résistent tellement mieux aux intempéries. Comment font-ils pour supporter les écarts de températures? Il fait si chaud la journée et si froid la nuit. Ils se déplacent presque tous à dos de cheval ou d'âne. Recouverts d'une couverture en cachemire dont ils élèvent les chèvres, les hommes chevauchent au bord des routes ou sur les chemins. Autre particularité de leur tenue, les chapeaux coniques en osier. Ce chapeau orne le drapeau du pays et si l'on n'en connaissait pas l'usage ou pourrait jurer qu'il s'agit d'un couvercle de panier!

Le Lesotho - Un royaume dans les nuagesLe Lesotho - Un royaume dans les nuages
Le Lesotho - Un royaume dans les nuagesLe Lesotho - Un royaume dans les nuagesLe Lesotho - Un royaume dans les nuages
Après un dernier bivouac à la vue splendide, nous quittons le pays!

Après un dernier bivouac à la vue splendide, nous quittons le pays!

Le Lesotho - Un royaume dans les nuages

La visite du Lesotho ne laisse pas indifférent. Ce pays extrêmement pauvre niché au cœur de l'Afrique du Sud, est d'un tel contraste par rapport à son voisin. L'altitude y est en moyenne de 2000m et ses montagnes ne sont que peu couvertes de végétation tant la pression humaine occupe la moindre parcelle de culture. Les pentes les plus raides qui ne peuvent être cultivées servent de pâturages aux troupeaux de chèvres, moutons et vaches. Et pourtant nous restons étonnés de la qualité du réseau routier.

Nous ne pouvons effacer de notre esprit les similitudes avec l'Ethiopie. L'abondance de l'eau, l'immensité des surfaces cultivées, les troupeaux. Et pourtant si les conditions de vies y sont assez proches, nous y sommes bien mieux accueillis. Ils ne sont pas orgueilleux, voleurs ou violents. Mais l'influence grandissante du tourisme nous inquiète pour le futur. Ils risquent de devenir dépendant de ce tourisme et de commercialiser leur culture, leur identité... Nous en avons vu les effets pervers si souvent que nous sommes inquiets pour ce pays si attachant.

Publié dans Actualités, Lesotho

Commenter cet article

HELENE 12/03/2016 13:26

Un peu d'eau pour les ancetres !!! Lorsque je vivais au Togo les habitants ne buvaient jamais sans en verser une partie au sol pour leurs ancetres. Je ne sais pad si les habitants du Lesotho font de même... Continuez bien les amis et bon courage pour votre nouveau projet. Bises à vous 5